Arrivée de Moïse Katumbi à Kalemie : «le marteau piqueur» va-t-il déboulonner le béton armé ?

Spread the love

Moïse Katumbi Chapwe en course vers le portillon de la présidence de la République continue sa tournée de campagne.
Pour la journée du mercredi 29 novembre, le candidat numéro 3 était à Kalemie, chef-lieu de la province du Tanganyika.

Son cortège des véhicules, motos et piétons a arpenté les artères de la ville vers le lieu du meeting, où une partie des sympathisants l’attendait de pieds fermes.
Tout de blanc vêtu avec une chemise frappé au chiffre 3, son numéro de candidature, l’aspirant président, a mis l’accent sur son bilan au « ton élogieux », qui remonte de la période où il était gouverneur du Katanga.
Moïse Katumbi affirme vouloir rétablir la bonne gouvernance et diminuer le train de vie des politiques, pour enfin faire profiter à tout le monde les bénéfices de la richesse du pays.
Les salaires des policiers et militaires ne font pas rêver et ce candidat l’a fait savoir.
Sur le volet éducation, Moïse Katumbi, que les adeptes surnomment le «chairman», promet des bourses aux étudiants une fois au palais, sans omettre l’acquisition des nouvelles infrastructures sportives, au standing moderne.

Intolérance politique

Durant la procession du candidat Katumbi, certains de ces sympathisants se sont abandonnés aux actes d’intolérance. Devant le grand hôpital de Kalemie, le panneau sur lequel étaient imprimées les effigies du président de la République et la gouverneure étaient déchirées.
Aussi des affiches des autres candidats qui sont sous la bannière de la majorité ont subi le sort similaire.
Dans l’après-midi les jeunes surexcités qui défendent les couleurs de l’Union Sacrée de la Nation sont venus en représailles. Ils ont manifesté en érigeant des barricades, en brulant des pneus sur la chaussée, près de la permanence de l’UDPS (Union pour la Démocratie et le Progrès Social), parti au pouvoir.
Un pick-up de policiers a été déployé sur le lieu. Les éléments de maintien de l’ordre ont fait usage des lacrymogènes et de balles réelles (tirées en l’air) pour dissuader la foule en colère.
Il n’y a pas eu confrontation directe avec les pro-Katumbi.

Les observateurs s’inquiètent tout de même de la tournure délétère que commence à prendre ce scrutin.
Déjà récemment à Kindu, un homme serait tué par la police alors qu’il prenait part active à une manifestation politique.

Rappelons que la tournée de Katumbi Chapwe se fait en perspective des élections générales du 20 décembre engagées dans sa dernière ligne droite.

Ildephonse Wilondjwa/nzadinews.net

Visits: 30

You May Also Like

More From Author

+ There are no comments

Add yours