Spread the love

“Vaste blague…de mauvais goût. Ils prennent leurs grosses vessies pour des lanternes! Il n’y aura pas de mise en accusation du President F. Tshisekedi sous l’empire de la présente Constitution. Ils peuvent continuer à rêver en dansant et en chantant…le nsaka yonsa, mutuashi, dia lelo…” c’est l’une des réactions les plus transférées dans les médias sociaux du Professeur Mbata en réaction aux propos de Fayulu Madidi et Théodore Théodore NGOIE.

Les deux politiciens ont émis un point de vue où ils demandaient au Parlement de déchoir Félix Tshisekedi.

Mbata, constitutionnaliste de formation, les informe que le congrès ne peut jamais déchoir Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo moins encore aucun autre Président de la RD du Congo.

Pour le Professeur Mbata, la dernière sortie médiatique de Pasteur Théodore Ngoy, président national de Congo pour la Justice et son collègue Martin Fayulu Madidi, président national de l’Engagement pour la Citoyenneté et le Développement (ECIDE) est un échec criant.

Pour lui, Fayulu et son associé dans le dossier ne font que de la masturbation politique après le «Théâtre de chez-nous» dans laquelle il jouait le rôle de «Président élu ». Cette sortie constitue également une haute trahison de Lamuka si l’on s’en tient au tollé qu’elle a provoqué dans les rangs de l’opposition.
En demandant la déchéance du Président Félix Tshisekedi tout en sachant qu’elle bénéficierait à M. Alexis Ntambwe Mwamba, le Président du Sénat qui est du FCC et qui deviendrait alors le président de la République par intérim aux termes des articles 75 et 76 de la Constitution qu’il dit défendre, Martin Fayulu a prouvé au monde que son opposition à la coalition au pouvoir n’était en réalité qu’une opposition au Président Félix Tshisekedi.

Demander au Parlement de déchoir Félix Antoine Tshisekedi pour une imaginaire haute trahison relève purement d’une ignorance exécrable des principes de l’Etat de droit de la part des deux anciens candidats malheureux à la Présidence de la République.

Un tel pouvoir ne revient qu’à la Cour constitutionnelle régulièrement saisie.

Sur un ton ironique, le Professeur Mbata chute en disant que “Rien n’est plus dangereux pour un homme que de rêvasser à la longueur des journées et surtout de le faire debout et en dansant. On peut donc s’entendre pour mettre un terme à une vaste blague et une distraction de mauvais goût relevant d’une certaine masturbation intellectuelle en droit constitutionnel entretenue par des politiciens se gargarisant à prendre leurs vessies pour des lanternes de la Nation.”

L’État de droit ne fait qu’éclaircir les zones d’ombre si pas montrer la vraie interprétation de la constitution longtemps sapée par une classe politique pour ses intérêts politiciens.

 nzadinews.net rédaction

By admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

nzadinews.net

GRATUIT
VOIR