Équateur : les mineures comptées parmi les utilisateurs des méthodes contraceptives

Spread the love

A Mbandaka, chef-lieu de la province de l’équateur, les jeunes filles mineures non encore mariées, utilisent fréquemment des méthodes contraceptives sans avis préalable d’un spécialiste en matière.

En effet, depuis belle lurrette les mineures actives sexuellement utilisent des contraceptifs à chaque rapport ou contact sexuel pour échapper aux grossesses non désirables. Sans consultation médicale, elles côtoient les amies de quartier ou de classe dans l’ignorance de que ces méthodes peuvent entraîner.

Au cours d’une interview accordée à Nzadinews.net, le gynécologue Marc Iyalo a fait savoir que ces méthodes finissent par présenter des risques à l’avenir sur la santé de l’utilisateur.
Les méthodes contraceptives doivent être appliquées avant un bon counseling pour ces jeunes sexuellement actives car elles peuvent bloquer les ovaires et perturber la production des ovules. Ce qui conduit à la stérilité secondaire.

En outre celui-ci a étalé plusieurs autres conséquences liées à cette pratique, sans avis d’un spécialiste, crée la formation des caillots sanguins ainsi que les accidents vasculaires cérébraux pour une jeune fille qui aspire avoir des enfants un jour dans son foyer.

Toutefois, il appelle les structures sanitaires et les partenaires qui appuient le secteur de la santé à organiser les séances de sensibilisation de l’utilisation des méthodes contraceptives en faveur des jeunes filles préconisant l’abstinence et l’utilisation des préservatifs.

Chançard Lofalo à Mbandaka/nzadinews.net

Visits: 57

You May Also Like

More From Author

+ There are no comments

Add yours