Ministère de l’EPST/Gestion financière : Les mouvements associatifs des jeunes dénoncent la fraude
Spread the love

La vision de rassembler le peuple RDCongolais et de donner les mêmes chances à tous ses fils et filles reste le crédo du slogan “le peuple d’abord”. Dans un état de droit plus jamais de République des intouchables.

Initié par le Sphinx est relayé par l’actuel chef SEM Félix Tshikeseki, ce slogan a du mal à être d’application à cause de nombreuses personnes mal intentionnées qui ne pensent qu’à renflouer leurs poches.

Ceci explique la réaction de la population congolaise plus particulièrement celle des jeunes réaffirme leur attachement au Président de la République pour l’effectivité de la gratuité de l’enseignement primaire.

Cas de la Dynamique Cach National, de l’AVJ, l’ONJ, le RCC qui rappellent l’opinion que suite à des dénonciations de l’Honorable Tony Mwaba, élu de la Lukunga à Kinshasa, il est clair que le titulaire du ministère de l’EPST ne roule pas pour la vision du Chef de l’état, SEM Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Informé de la magouille et fraude ayant élu domicile dans ce ministère d’état lors de la 42ème réunion du Conseil des Ministres, Félix Antoine Tshisekedi les avait dénoncées.
D’où la demande d’un audit quant à ce.

La descente le mercredi 18 novembre 2020 de l’Inspection Générale des Finances (IGF) a rendu public les résultats du contrôle de la paie des enseignants par le SECOPE.

L’objectif de l’inspection Générale des finances était de vérifier l’apparition subite des nouvelles unités avec le déclenchement de la gratuité de l’enseignement et d’examiner également la situation de la mise à disposition des fonds au profit du Ministère de l’EPST.

Les résultats de l’enquête de l’IGF démontrent noir sur blanc le sabotage et le sabotage de la gratuité avec l’existence des faux arrêtés antidatés de recrutement des agents et de création des écoles ; l’explosion du personnel non enseignant au détriment du personnel enseignant pourtant principal destinataire de la gratuité de l’enseignant ; la prise en charge à la paie des nouvelles unités au détriment des anciennes unités non payées ; le paiement au titre de la paie des enseignants des montants supérieurs aux montants liquidés (paiement supérieurs aux montants réels) ; le détournements présumés de près de 62 miliards de Francs Congolais ainsi que l’utilisation des fausses factures pour détourner les fonds mis à disposition par l’état congolais.
Une bonne manière de combattre la gratuité au jour d’aujourd’hui.

Déçus par ce comportement antipatriotique des occupants de ce ministère d’état, les mouvements des jeunes en République Démocratique du Congo en appelle les autorités judiciaires de se saisir du rapport de l’IGF.

Cette megestion des fonds de l’État est à la base du boycott des enseignants de dispenser les cours.

Ainsi un dernier avertissement de ces mouvements des jeunes est lancé à ceux qui chercheraient encore à mettre le Président de la République les bâtons dans les roues qu’ils vont heurter la colère du peuple.

Dada Kabila/nzadinews.net

Enseignement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

nzadinews.net

GRATUIT
VOIR