Justice : Le Colonel Eddy KAPEND est-il prisonnier de quelqu’un ou celui de la République?.
Spread the love

Face à la montée des cas avérés de Coronavirus dans le pays avec 183 cas et 20 décès, les personnes avisées ne cessent de penser aux prisonniers.
Tel est le cas de Me Jean Claude Katende, Président National de l’ASADHO, qui en appelle au grand cœur du Président Félix TSHISEKEDI pour la libération du prisonnier politique le Colonel Eddy KAPEND Irung et de toute sa suite accusés d’être impliqués dans l’assassinat du soldat du peuple le feu Président Mzee Laurent Désiré Kabila il y a de cela 20 ans.

S’appuyant sur les dispositions constitutionnelles en son article 87, Me Jean-Claude Katende estime que le Président Félix Antoine Tshisekedi a le pouvoir de leur accorder une grâce présidentielle.

Il sied de noter que le Président National de l’ASADHO n’est pas à son premier plaidoyer pour le Colonel Eddy KAPEND Irung dont les griefs de sa détention restent jusqu’alors flous.

Au cours de l’année 2019, il a initié dans la capitale Kinshasa des marches pacifiques auxquelles s’étaient joinst les membres des familles des détenus en vue d’obtenir leurs libérations.

Aujourd’hui plus qu’hier, pendant que l’attention des autorités nationales, provinciales et des députés élus du Grand-Katanga est focalisée sur les derniers événements macabres de triste mémoire des miliciens Bakata Katanga, c’est le moment où le Gardien du Temple a choisi pour attirerà le regard des uns et des autres, et plus particulièrement celui de magistrat suprême sur le dossier des oubliés de la liste des personnes ayant été libérées pour des raisons de décrispation de l’espace politique.

Quelles sont les motivations qui animent Me JC Katende dans cette démarche citoyenne ?

Au-delà du fait que dans le Grand-Katanga, rare sinon aucune voix n’a osé lever le ton pour réclamer la libération de ce digne fils Katangais, Eddy Kapend Irung , cet activiste de défense des droits humains ne cesse de plaider pour lui parce que dit-il :

  • Ils ont déjà fait presque 20 ans de prison. Avec notre régime carcéral qui manque de la dignité et de l’humanisme, leurs corps sont affaiblis et vulnérables au coronavirus que tous les autres prisonniers ;
  • Ils ont été condamnés à la suite d’un procès expéditif qui n’était ni juste ni équitable. Un procès dont personne ne peut être fier ;
  • Ils sont bénéficiaires de plusieurs lois d’amnistie dont ils ont été exclus pour des raisons jamais expliquées de manière juste et impartiale ;
  • Ils sont bénéficiaires d’une recommandation de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des peuples exigeant qu’on les libère et qu’on réorganise le procès. Une recommandation que la RD Congo n’a jamais voulue mettre en œuvre ;
  • Après près de 20 ans de détention, n’ont-ils pas suffisamment payé ? La République ne peut-elle pas leur accorder son pardon ?

Est-ce que le Président FATSHI pourra t-il « AGIR » à ce nième plaidoyer ?

Me Jean-Claude conclut en disant : Je crois que maintenant c’est le moment d’oser comme l’a fait le Président du Niger Monsieur Mahamadou Issoufou qui a libéré son farouche opposant Monsieur Hama Amadou, le 30 mars dernier, pour lui éviter la contamination à coronavirus en prison. Par cet acte, il a marqué son temps et les esprits.
Oui, vous pouvez OSER.

Ainsi par un tel acte, FATSHI pourra gagner les cœurs des katangais qui ne disent mot, mais observe jusqu’où et comment pourra t’il gérer et liquider ce dossier sans créer une dissension entre son prédécesseur Joseph Kabila Kabange et ses frères.

Gilbert KYUNGU/nzadinews.net

Justice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

nzadinews.net

GRATUIT
VOIR