Spread the love

Par Marcken’s

L’Office de Gestion du Fret Multimodal (OGEFREM) est un Conseil des Chargeurs, comme il en existe dans plusieurs pays à travers tous les continents, c’est-à-dire un organisme chargé de défendre les intérêts des importateurs et exportateurs et des prestataires des services associés (transitaires, agences maritimes, routières ou ferroviaires etc…).
L’OGEFREM a été créé par l’ordonnance n°80-256 du 12 novembre 1980. C’est ce qui a amené la Conférence des Nations Unies pour le Commerce Extérieur et de Développement en à mettre en place, à travers le code de conduite un nouvel ordre maritime mondial qui tient compte des préoccupations de toutes les parties.

L’office a mission de promouvoir par des mécanismes appropriés ou par des actions spécifiques, la productivité nationale dans le secteur du transport maritime dans le temps mais présentement du transport général en ayant constamment en vue la recherche de l’efficacité et de la rentabilité de toutes les opérations depuis le producteur jusqu’au consommateur. Le tout dans le souci de réduire les coûts de la mise sur le marché des produits importés ou exportés.
La mission de l’OGEFREM est de :

· Négocier et contrôler le prix de transport maritime (les taux de fret) ;

· Rationaliser du trafic maritime ;

· Faciliter et assister les chargeurs (importateurs et exportateurs) ;

· Réglementer le trafic par voie maritime nationale.
Pour ne citer que ceux-là.

Le président honoraire Joseph Kabila avait procédé le 1er juin 2018 à la pose de la pierre pour la construction d’un « port sec » dans la cité frontalière de Kasumbalesa. Il s’agit d’un complexe qui devra comprendre entre autres une aire de stationnement, des terminaux, des entrepôts, des zones de stockage, un pont bascule, un bureau de dédouanement. Le port sec s’étend actuellement sur une superficie de 62 hectares. Le coût des travaux était estimé à 300 millions de dollars américains.

Malheureusement à l’OGEFREM le détournement est le maître mots.
Selon les informations à notre possession, l’actuel DG de l’Office aurait détourné pour ce qui concerne la gestion du port sec de kasumbalesa des recettes de la Feri soit en gros 30 millions de dollars americains.
Dans le même lot, il aurait obtenu 7 millions USD à Afriland Bank pour débuter les travaux mais cette somme reste introuvable jusqu’aujourd’hui.
Ajouter à cela, l’argent généré par la Feri serait caché, détourné par des sociétés fictives qui appartiendraient au DG de l’Office. Hormis cela, il aurait donner une somme de plus de 50 mille dollars américains au profit de son beau-frère, du reste président de la délégation syndicale déchue sans titre ni qualité. C’est de la corruption et detournements des deniers publics.

Pour amadouer la justice, il aurait engagé deux filles du Procureur Général , l’une est à la direction financière au service de la comptabilité. Pire encore Patient Sayiba aurait lancé à ses proches qu’il bénéficie d’une haute protection au sein de son parti politique le PPRD y compris sa plateforme politique le FCC voire au sein de l’armée nationale.

Nous demandons à la justice de faire son travail en toute indépendance.
Fini le régime des intouchables. Les prisons ne sont pas encore pleines.
Que vive l’État de droit!

Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

nzadinews.net

GRATUIT
VOIR